Informations sur le comportement de santé après le don

Vous avez donné un rein ou un foie. Qu'adviendra-t-il par la suite? Pourrez-vous vivre normalement? Des mesures de prudence doivent-elles être observées?


Mesures recommandées

1. En cas d'investigations

(par exemple examens radiologiques avec produits de contraste) ou de traitement, il convient d'indiquer que l'on n'a qu'un seul rein (produire un certificat).

2. Repas et boissons

A) La Société suisse de nutrition a publié d'excellentes «Recommandations alimentaires pour adultes, alliant plaisir et santé» («voir recommandations alimentaire», www.sge-ssn.ch). Une consommation modérée de viande et de sel répond aux critères d'une alimentation saine et constitue un atout lorsque l'on n'a qu'un seul rein.

B) l n'est pas nécessaire de boire plus. Quantité recommandée: 1 à 2 litres par jour, selon la température ambiante et la perte de liquides.

3. Médicaments

A) Les médicaments prescrits par le médecin de famille doivent être pris régulièrement.

B) Anti-douleurs: il faut éviter les médicaments anti-rhumatismaux (anti-inflammatoires non stéroïdiens) qui peuvent porter atteinte au rein. Par exemple: Ponstan®, Voltaren®, Brufen®,…
Anti-douleurs pouvant être utilisés: Paracetamol (par ex. Dafalgan®, Panadol®, Dolprone®). Ces médicaments sont également efficaces contre la fièvre.

4. Pression sanguine

A) Lorsque l'on n'a qu'un seul rein, il est particulièrement important que la pression sanguine soit bien stabilisée. Elle ne devrait pas dépasser 130/80 mmHg.

B) Un contrôle régulier de la pression est nécessaire (possibilité de procéder soi-même aux mesures).

C) En cas d'hypertension (pression artérielle élevée), il est très important de prendre quotidiennement le médicament prescrit.

5. Fumée

La fumée favorise la calcification des vaisseaux et porte atteinte aux reins, qui sont très vascularisés. Il est généralement conseillé, avant même le don, d'arrêter de fumer.

6. Douleurs en urinant

Le Registre suisse des donneurs vivants prévoit des contrôles réguliers de la fonction urinaire en analysant le sang et l'urine 1, 3, 5, 7 et 10 ans après le don, puis tous les deux ans. Pour en savoir plus, consultez la rubrique Registre des donneurs.

Il convient de discuter avec son médecin pour savoir si des contrôles plus fréquents devraient être réalisés: cela dépend des résultats des analyses et de l'état de santé général (pression, cholestérol, glycémie…). Ces coûts doivent être assumés par la caisse maladie du donneur. Celle du receveur ne les prend malheureusement pas en charge.

7. Contrôles médicaux

Le Registre suisse des donneurs vivants prévoit des contrôles réguliers de la fonction urinaire en analysant le sang et l'urine 1, 3, 5, 7 et 10 ans après le don, puis tous les deux ans. Pour en savoir plus, consultez la rubrique Registre des donneurs.

Il convient de discuter avec son médecin pour savoir si des contrôles plus fréquents devraient être réalisés: cela dépend des résultats des analyses et de l'état de santé général (pression, cholestérol, glycémie…). Ces coûts doivent être assumés par la caisse maladie du donneur. Celle du receveur ne les prend malheureusement pas en charge.