Source: 4e édition Brochure Suisse pour les donneurs vivants: Aspects importants concernant le don vivant de rein (2015).

2. Aspects généraux du don de rein

2.1 Qui pourrait être donneur vivant de rein?

En juillet 2007, la Loi suisse sur la transplantation a défini qui pourrait être accepté comme donneur vivant.

Les donneurs doivent être âgés de plus de 18 ans mais il n’y a pas de limite supérieure d’âge; cela dépendra du bilan médical complet du donneur potentiel et, en particulier de son état cardiovasculaire, pulmonaire et d’autres évaluations. Le donneur vivant de rein le plus âgé de Suisse était une femme de 80 ans, ayant offert un rein à sa fille diabétique. La relation entre le donneur et le receveur peut être basée sur un lien de sang ou émotionnel (conjoints, amis proches), ou sur l’altruisme.

Un/une donneur/donneuse altruiste n’a aucun lien avec le receveur; sa seule motivation est d’aider une personne souffrant d’insuffisance rénale. Le même bilan médical sera effectué que lors de lien existant entre un donneur et un receveur (lien de sang ou lien émotionnel) avec toutefois un accent particulier sur les motivations psychologiques. Les donneurs/don- neuses altruistes de rein sont acceptés en Suisse depuis 2003.

L’incompatibilité des groupes sanguins (ABO) entre un donneur vivant et son receveur est possible car la survie du greffon rénal est similaire à celle d’une transplantation rénale ABO compatible/identique. Toutefois, la prise en charge préopératoire du receveur est différente, telle que détaillée au chapitre 7.4.

Selon la Loi suisse sur la transplantation, le donneur vivant de rein ne peut être payé ni recevoir des avantages financiers pour son geste. De même, un patient ne peut payer pour un don de rein effectué à l’étranger, car ceci équivaudrait à un «tourisme de transplantation». Une procédure appelée «transplantation croisée» est autorisée en Suisse entre 2 ou plusieurs couples incompatibles. Un couple est incompatible lorsque le patient ne peut recevoir le rein du donneur qu’il connait et qui s’est présenté initialement. Si plusieurs couples se trouvent dans la même situation, il est possible de «croiser» les donneurs vivants de manière à faire bénéficier les receveurs d’une transplantation rénale sans risque. Votre néphrologue vous expliquera en détail comment la procédure peut être organisée.

 

2.2 Evaluation avant le don

Le principal but d’une évaluation pré-don est d’éviter de nuire à la santé du donneur vivant et plus particulièrement de lui éviter d’arriver au stade de la dialyse à un moment donné de sa vie. Ainsi, seuls les donneurs en très bonne santé seront acceptés. Toutefois, une personne hypertendue mais bien contrôlée par un traitement médicamenteux et sans répercussions de son hypertension artérielle sur sa fonction cardiaque ou rénale peut être acceptée pour un don de rein. Cette personne nécessitera un suivi rigoureux puisqu’elle sera plus à risque de développer une protéinurie (excès de perte de protéines dans les urines). Les personnes diabétiques, avec une insuffisance rénale, aux antécédents de cancers et fragiles psychologiquement ne sont habituellement pas acceptées pour un don de rein. L’évaluation d’un potentiel donneur de rein est décrite au chapitre 7.