Source: 4e édition Brochure Suisse pour les donneurs vivants: Aspects importants concernant le don vivant de rein (2015).

4. La vie après un don de rein

Le don vivant de rein étant une chirurgie élective effectuée sur une personne en bonne santé, aucun changement significatif ne devrait se produire dans la vie des donneurs.

Ceux-ci ne prennent pas de traitement médicamenteux sur le long terme et seuls des analgésiques leur sont prescrits pendant les premiers jours ou semaines après le don.

Leur vie sociale ne devrait pas être affectée. Leur reprise du travail se fera 1-2 mois après l’intervention, en fonction de leur type de travail (principalement assis ou debout). En général, le port de charges lourdes n’est pas recommandé pendant les 6 semaines qui suivent le don de rein. La reprise du sport est possible environ 3-4 mois après le don et la conduite d’une voiture dès que la ceinture de sécurité n’engendre pas de douleurs.

Après un don de rein, il ne faut pas suivre de régime alimentaire spécifique. Pour des raisons inconnues, le don s’accompagne d’un gain de poids pouvant aller jusqu’à l’obésité. Comme le tabagisme, l’obésité, l’hypertension artérielle et le diabète sont associés à un risque accru de protéinurie et d’insuffisance rénale, ces facteurs de risque doivent particulièrement être prévenus après un don de rein. Ainsi, une bonne hygiène de vie devrait être initiée ou maintenue après un don de rein, comprenant la pratique d’exercice physique régulier, l’arrêt du tabagisme et les contrôles médicaux.

La néphrectomie n’est pas préjudiciable aux futures grossesses. Toutefois, il est recommandé de retarder la grossesse d’environ un an après le don, afin d’évaluer la fonction rénale avant la conception (pression artérielle, fonction rénale et albuminurie). En outre, il est important de s’assurer que la fonction rénale de la mère est normale après l’accouchement.

 

Médicaments

En général, les donneurs de rein peuvent prendre tous les médicaments après leur chirurgie. Toutefois, certains analgésiques tels que les antinflammatoires (comme Ponstan®, Voltarène®, Brufen®) sont déconseillés sur le long terme. Les analgésiques tels que le paracétamol (Dafalgan®, Panadol®, Dolprone®) ne sont pas délétères sur la fonction rénale résiduelle.